Accueil BayonneLe livre de bord de l’Académie de l’Aventure © The Roof

Le livre de bord de l’Académie de l’Aventure © The Roof

Le 25 octobre 2017, dans Bayonne, Divers, La Rochelle, The Roof France

 

Découvrir l’Académie de l’Aventure © The Roof :

Album photos | L’Académie de l’Aventure © The Roof | La promotion 2017/2018

_________________________________________________________________

Le premier stage de la promotion 2017 / 2018 de l’Académie de l’Aventure © The Roof s’est déroulé du 21 au 27 octobre 2017 dans les Gorges du Tarn et de la Jonte pour un stage d’escalade en grandes voies.

Voici le livre de bord de leur aventure…

Samedi 21 octobre

15h. Des trombes d’eau s’abattent sur le pare-brise de la voiture et saluent notre arrivée en Lozère. Il pleut presque à l’horizontal tellement le vent souffle. Les jeunes me regardent avec des yeux étonnés lorsque je leur annonce que nous grimperons dans les gorges du Tarn d’ici quelques minutes. C’est sous une météo apocalyptique que celles-ci s’ouvrent à nous.

Très rapidement, l’équipe de The Roof Pays Basque nous rejoint. C’est la première fois que l’ensemble de la promotion se retrouve réunie. Les jeunes font rapidement connaissance, certains ont déjà échangés par Messenger. Les rochelais accompagnent les basques dans la découverte de leur dotation matériel offerte par Petzl et les premières longueurs sont rapidement réalisées. Pour certains il s’agit du premier contact avec le rocher ! En effet les jeunes n’ont pas été sélectionnés sur leur niveau en escalade, mais sur leur motivation à vivre une aventure collective marquante et impliquante sur tous les terrains de jeux de pleine nature. Le niveau varie donc du 5 au 7 en terme de cotations.

Academie aventure The Roof Jonte Tarn

Après ce premier contact avec la dolomie locale, nous rejoignons le Centre Pierre Monestier à Saint Rome de Dolan, notre camp de base pour l’ensemble de la semaine. Nous y rejoignons Daniel du Lac, guide de haute montagne, entraîneur national, et membre du Team Petzl qui encadrera ce stage en ma compagnie. Nous partageons avec Daniel de nombreuses valeurs et une certaine vision de l’activité, ouverte sur son environnement extérieur, son histoire et les hommes qui l’ont écrite. Je connais son exigence théorique et technique. Il saura parfaitement guider les jeunes dans l’apprentissage de la cartographie, la préparation du matériel, l’approche du risque et la réalisation de leurs objectifs.

La soirée se concentre autour d’une découverte du cadre théorique de l’activité « escalade en grande voie » comparée à une pratique habituelle de l’escalade de blocs dans les sites The Roof. Si certains éléments sont évidemment comparables tout le monde se rend rapidement compte de l’élargissement nécessaire de ce cadre et du nombre de paramètres importants à prendre en compte dans la pratique outdoor. La discussion se termine autour de la découverte d’un topo guide d’escalade, de l’importance de le lire, des informations qu’il présente et de sa façon de l’utiliser intelligemment.

Dimanche 22 octobre

Entre deux averses, réveil au pas de course au Cirque des Baumes dans les gorges du Tarn. Echauffement complet sous la houlette de Daniel et préparation du matériel pour aborder les premières longueurs. La matinée est placée sous le signe de l’escalade afin de s’habituer au rocher, à ses particularités et à ses préhensions, bien différentes du toucher habituel que procure les prises d’escalade en résine utilisées dans les salles.

Academie aventure The Roof Jonte Tarn Academie aventure The Roof Jonte Tarn

Après un pique-nique de fromages et terrines locaux au pied du célèbre « Tennessee », un 8b majeur en France, l’après-midi est dédié aux manipulations de cordes en grande voie. Le principe est simple : atteindre le sommet d’une grande paroi, en plusieurs longueurs, sans contact permanent avec le sol. Le premier de cordée atteint un relais d’où il assure un ou plusieurs « second(s) » qui le rejoignent. Cette manœuvre est répétée autant de fois que nécessaire. Dans les gorges de la Jonte, les voies atteignent les 150 mètres et se décomposent en 3 à 5 longueurs.

Des cordées de 2 ou 3 grimpeurs sont composées et chaque jeune occupe alternativement un rôle de premier et de second de cordée. Les gestes sont encore peux assurés et de nombreuses questions se posent à chaque action : l’assurance viendra avec la pratique et l’expérience.

Académie Aventure The Roof Jonte Tarn escalade

Après une initiation à la descente en rappel, le matériel est rangé. Le froid, la pluie et le vent n’ont visiblement pas entamé le moral des troupes, et c’est tout sourire que nous rejoignons le parking.

Le repas chaud du soir, pris dans la grande salle du centre, permet de se repasser le film de la journée. C’est ensuite dans la « crypte », sous le bâtiment du « Lionceau » qui nous héberge, que nous nous retrouvons pour un débriefing de la journée. Après une prise de parole de chacun sur ses impressions du jour, nous abordons des notions de géographie et de géologie relativement basiques mais qui permettrons à chacun de mieux appréhender leur environnement dans les prochains jours.

L’objectif du lendemain est enfin donné : nous partirons tous pour une première grande voie facile dans les gorges de la Jonte. Les cordées sont constituées à l’avance, les leaders et les voies sont imposées.

La journée se termine par une partie de « Loup Garou » appliquée à l’ambiance locale des causses.

Lundi 23 octobre

Chaque cordée prépare son matériel en autonomie en fonction de l’objectif qui leur a été donné. En une heure les sacs sont prêts, les gourdes remplies et le matériel chargé. Une équipe se charge de trouver la route jusqu’au parking, une autre s’occupera d’ouvrir le chemin d’approche qui nous conduira au pied de la voie. Nos interventions sont réduites et la responsabilité des décisions est laissée au maximum aux jeunes dans la limite de leur sécurité évidemment. Les choix imaginés la veille ou le matin mêmes d’après la carte et le topo guide, sont confrontés en permanence à la réalité du terrain pour valider ou non les décisions. En 30 minutes nous rejoignons le pied du secteur « Cathédrale » où nous nous répartissons entre « L’arrête » et « Zébulon » ; deux voies faciles en respectivement 3 et 4 longueurs.

Academie aventure The Roof Jonte Tarn

Academie aventure The Roof Jonte Tarn

Florentine, Pierre et Paul sont nos trois leaders. Aucun n’a encore jamais grimpé en grande voie. Dans une ambiance encore froide et ventée ils attaquent les premiers mètres d’escalade. La mise en marche est parfois compliquée et Florentine s’offre sa première vraie chute en tête. Elle se remobilise rapidement et installe son premier relais en autonomie totale. Paul l’imite et se retrouve bien malgré lui à faire l’école buissonnière.

Academie aventure The Roof Jonte Tarn

En quelques temps les corps et les esprits s’élèvent. C’est maintenant une dizaine de grimpeurs qui se retrouvent répartis sur l’ensemble de la face. Certains chantent quand d’autres restent bien concentrés. Tous se retrouvent vers 15h au sommet de ce bitard où nous partageons un pique-nique et une thermos de thé et de chocolat gentiment préparés par Audrey, la responsable du centre, qui nous chouchoute depuis notre arrivée.

Nous nous remobilisons rapidement pour aborder dans de bonnes conditions l’enchainement des trois rappels qui nous ramèneront jusqu’au pied de la voie. Cette étape est sensible car l’attention diminue avec la fatigue et la concrétisation de l’objectif d’ascension. Elle est donc propice aux accidents. C’est donc concentrés jusqu’au sol, qu’en 45 minutes nous évacuons tous la face pour rejoindre nos sacs avant la descente. Celle-ci s’effectue sous un soleil couchant par des couleurs d’orage magnifiques qui viennent embraser les gorges.

Academie aventure The Roof Jonte Tarn

C’est avec NTM à fond dans la voiture -personne ne connaissaient NTM dans le groupe !!!- que nous rejoignons Saint Rome de Dolan. Le repas est l’occasion d’un quizz culture général qui nous emmène de la redécouverte des grands fleuves du monde, aux assassinats qui ont marqué l’histoire, en passant par les figures de style classiques de la littérature française.

Le débriefing quotidien laisse, pour ce soir, rapidement la place à trois longues et belles parties de Loup Garou dans l’ambiance feutrée de la « Crypte ».

Mardi 24 octobre

La journée est placée sous le signe du perfectionnement technique en escalade comme en manipulations de cordes. Après une première expérience « brut » de la grande-voie, place maintenant au peaufinage et à l’optimisation de la gestuelle et du matériel.

Le matin de ce troisième jour, les organismes commencent a être fatigués et les yeux sont de plus en plus tirés. Après un bon petit déjeuner, retour au secteur « De Que Fas Aqui ? » pour enchaîner un maximum de mètres d’escalade. Le soleil s’invite dans les gorges et fini de réveiller les ardeurs de tous. C’est au tour de Zoé d’expérimenter son premier grand vol en falaise, suivi de près par Jon et Paul, ce dernier s’offrant même le luxe de réitérer une dizaine de fois l’expérience du « grand trou dans l’air ». Pierre s’élance ensuite dans une grande envolée de 50 mètres en 7b; une spécialité locale des gorges du Tarn ! Il n’enchaîne pas la longueur mais l’important est ailleurs. Pierre se révèle dans la capacité à grimper haut au-dessus du dernier point d’assurage, et ne rechigne jamais à l’effort, sous les encouragements de son nouveau mentor au chapeau : DD du Lac.

Académie Aventure The Roof Jonte TarnDans l’après midi, tous ont dépassé leurs limites ! Alors que certains n’avaient encore jamais grimpé en rocher deux jours auparavant, les voilà tous autonomes en têtes dans le niveau 6, et de plus en plus à l’aise dans chaque manipulation de cordes. Paul, et Florentine s’offrent en tête « Les culottes de ma grand-mère » un 6a+ de 40 mètres parmi les plus beaux de France. Zoé les imitera en moulinette juste avant la tombée de la nuit.

Après le repas, Marc Daviet, ouvreur international, photographe et vidéaste professionnel nous rejoint et se présente au groupe. Il fera désormais partie de l’aventure !

Les deux derniers jours s’annoncent maintenant comme la consécration du travail et des efforts accomplis. Place à de nouvelles grandes voies d’envergure !

Mercredi 25 octobre

Nous partons tous pour le Roc Aiguille dans les gorges du Tarn. Cet éperon rocheux caractéristique de plus de 100 mètres, surplombe le « Pas de soucy » en rive droite du Tarn. Nous cherchons à laisser de plus en plus d’autonomie et de responsabilités aux jeunes. Ainsi, une fois l’objectif du jour donné par cordées, ils doivent préparer ensemble leur matériel individuel et collectif  tout en étudiant l’accès, l’approche et l’itinéraire de descente de la voie. Nous tentons de limiter notre rôle d’encadrants à la seule validation des choix et au contrôle des éléments de sécurité.

La cordée Zoé / Leïla et celle de Jon / Florentine / Cédric partiront dans la face nord du Roc Aiguille dans la voie nommée « Iseki » ; une grande voie assez facile de 120 mètres divisée 5 longueurs. Ils seront supervisés par Daniel. Sur le versant opposé en face sud, j’accompagnerai Pierre et Paul dans une grande voie plus difficile nommée « Sans dessus dessous » cotée 6c, 6c, 6c, 6a.

Une fois le bon parking trouvé, l’approche assez raide nous mène rapidement au pied de la face où nous nous séparons pour accéder à nos voies respectives. A la rubrique « quand on a pas de tête, on a des jambes » je gagne un aller-retour gratuit au parking pour récupérer le pique-nique oublié. Je laisse donc Pierre et Paul trouver seuls la voie, certain qu’ils mettront ce temps à profit pour se préparer à grimper afin que nous puissions entamer rapidement la voie. Trente minutes et une grosse suée plus tard, je remonte seul le pierrier du pied de la face sud où je fini par trouver mes deux compagnons de cordée vautrés sur leurs sacs… Les cordes sont toujours lovées, les baudriers pas mis et l’itinéraire non étudié ! Ma colère raisonne encore dans leurs casques quand nous attaquons la première longueur. L’ensemble de la face est déversante, les relais sont « plein gaz » -c’est-à-dire à des emplacements relativement inconfortable où la verticalité nous rappelle à son bon souvenir à chaque moment- mais le moral est bon. Pierre prend son temps mais tient bon son rôle de premier de cordée, et Paul s’offre même le luxe d’enchainer les deux premières longueurs en second. La troisième longueur et la chaleur dans la face ralentie ensuite notre progression. Nous commençons par manquer d’eau et la fatigue se fait sentir au troisième relais.

Academie Aventure The Roof

Pendant ce temps en face nord (et donc à l’ombre), l’ambiance est plus fraîche et c’est en veste chaude que l’on grimpe. Les jeunes découvrent les joies de la gestion des nœuds dans les cordes et de l’escalade en « corde tendue » qui parfois s’impose quand la corde est trop courte où que l’on rate un relais… Sous l’œil de Daniel les jeunes apprennent de ces petites erreurs et se construisent progressivement leur courbe d’expérience dans une ambiance fraîche mais bon enfant. La dernière longueur les mènent au sommet par une magnifique arrête effilée qui restera surement gravée dans les mémoires.

Academie Aventure The Roof

La jonction de l’ensemble du groupe est faite au sommet en milieu d’après-midi lorsque nous sortons de la face sud avec Pierre et Paul. Un rappel de 25 mètres nous mènent rapidement sur le site du pique-nique d’où nous rejoignons un itinéraire de descente escarpé.

Academie Aventure The Roof

Comme d’habitude désormais, nous débriefons cette journée au centre à Saint Rome de Dolan. Mais la journée n’est pas finie. En effet, pour découvrir une nouvelle facette de notre environnement, nous décidons d’organiser une randonnée nocturne. Après le dîner nous préparons les sacs, et partons en voitures pour le point sublime du « Cirque des Baumes », point de départ de notre randonnée. Daniel présente alors son projet d’itinéraire en boucle, passant en partie « hors sentier ».  Une fois les consignes communiquées, chacun ajuste sa lampe frontale et le départ est donné. Les repères sont différents la nuit. Les notions de distance, de temps et de dénivelé parcouru s’en trouvent souvent perturbés. La carte devient un élément indispensable pour s’orienter et trouver le départ du sentier. Elle indique aussi les risques potentiels que l’œil ne perçoit pas et que le faisceau de nos frontales peine à sonder : le vide ! Nous finissons par couper à travers les buis sur une petite sente peu fréquentée en pied de falaises qui nous conduit sur une grande baume vertigineuse d’où nous tentons d’appréhender les ténèbres de la gorge. La suite nous mène à l’entrée d’un puit spéléo, et remonte ensuite rapidement vers le plateau. Malgré les nombreux doutes et les quelques blagues potaches sur le « sens de l’orientation fatiguée » de notre guide, nous rejoignons le plateau à l’endroit exact où nous étions partis 1h30 plus tôt ! Bravo DD !

La fatigue du groupe a raison de notre habituelle partie de Loup Garou et les jeunes rejoignent leurs chambres dès notre retour au centre. La dernière journée s’annonce chargée !

Jeudi 26 octobre

Dernière journée d’escalade. L’objectif est de réaliser des ascensions marquantes sur le secteur du « Cirque des vases » et de la « Roche décollée » dans les gorges de la Jonte, un décor de carte postale où planent les vautours.

Pierre et Jon seront en autonomie sur « Crise éléphantine » (70m – 5a, 6a), et Zoé et Leïla sur « Les femmes et les grimpeurs d’abord » (90m – 5c, 5b, 5c+) suivies et près par Daniel et Cédric. Ces deux voies se terminent au pied du célèbre « Vase de sèvre », monolithe calcaire de 20m, posé au sommet de la falaise.

Pendant ce temps, de l’autre côté du cirque, j’accompagnerai Paul et Florentine dans « L’arrête ouest » (110m – 5c, 6a, 5c).

Académie de l'Aventure The Roof escalade Jonte Tarn

Toutes ces voies sont célèbres par leur beauté et leur engagement. L’escalade y est exigeante et l’espace entre chaque point d’assurage est franchement marqué. Outre le cadre exceptionnel proposé par le site, ce dernier aspect contribue largement à la renommée de ces voies et aux souvenirs qu’elles laissent dans l’esprit des grimpeurs qui s’y sont confrontés ! Une fois encore elles seront à la hauteur de leur réputation…

C’est en milieu de matinée que les cordées commencent leur ascension. Elles sont reliées par radio afin d’informer régulièrement de leur progression ou des difficultés rencontrées.

Jon et Pierre sont les premiers à rejoindre le plateau sommital. Ils ont parfois rencontrés quelques difficultés mais ont su trouver les solutions pour sortir cette voie en autonomie complète. Dans « les femmes et les grimpeurs d’abord », Zoé donne tout dans la première longueur. Celle-ci est difficile à aborder et Zoé « vole », c’est-à-dire chute au-dessus du dernier point d’assurage, à plusieurs reprises. Les nerfs sont mis à rude épreuve, et les organismes sont fatigués par les efforts accumulés toute la semaine. Après un courageux combat des filles dans cette première longueur, Daniel décide d’aménager la cordée pour atteindre tous ensemble le sommet. Les filles grimperont en second les longueurs suivantes dont la troisième et magnifique longueur qui les amène au pied du vase.

Academie Aventure The Roof

Pendant ce temps sur « l’Arrête ouest », Florentine vit elle aussi un moment intense. L’escalade sur ce pilier est superbe, mais l’engagement, la fatigue et l’ambiance vertigineuse pèsent sur le corps et l’esprit. C’est en passant par toutes les humeurs et les couleurs de l’arc en ciel que Florentine rejoint à bout de force le premier relais. Sa mission est accomplie et nous la félicitons largement. C’est maintenant au tour de Paul de prendre la tête de la cordée. La deuxième longueur est majeure. Une traversée à gauche sur le fil de l’arrête permet de rejoindre une grande dalle grise. Les points sont espacés de 5 à 6 mètres et mettent les nerfs à rude épreuve lorsque l’on est dans son niveau maximum d’escalade. Paul fait un premier beau vol après quelques mètres. Il repart rapidement et se bat comme un diable. Les espaces entre chaque point d’assurage sont désormais pour lui autant de voies à gravir. A quelques mètres du relais, dans un mouvement dynamique, Paul chute et prend un vol impressionnant d’une quinzaine de mètres ! Légèrement contusionné à la hanche gauche, il rejoint finalement le relais aidé, pour les trois derniers mètres, par l’équipe de prise de vue composée de Marc et Antoine qui n’ont rien raté de ce combat épique !

Academie Aventure The Roof

Après ces émotions pour chacun de mes compagnons, nous décidons collectivement que je passerai en tête pour la troisième et dernière longueur. Nous rejoignons ainsi le sommet de la voie, véritable îlot d’altitude duquel nous apercevons le reste de l’équipe qui, entre temps, a élu domicile au sommet du vase de Sèvre et lève les bras vers le ciel pour nous saluer et marquer ainsi la conclusion sportive de ce premier stage.

Il est presque 18h lorsque nous regagnons tous le parking, après une longue journée non-stop sans repas du midi. Tous sont fatigués mais le plaisir des ascensions réalisées et le récit des anecdotes prennent vite le dessus. Nous regagnons Saint Rome de Dolan et rangeons le matériel.

Daniel doit partir et salue tous les jeunes. Il a su transmettre sa passion, son expérience et son exigence et a ainsi rendu possible la concrétisation des objectifs fixés en début de stage. Les jeunes le remercient sincèrement et espèrent déjà le revoir sur d’autres stages.

Après un bon Aligot d’Aubrac, nous entamons cette dernière soirée par la visite des sous-sols « hantés » du centre et la terminons autour des vidéos du CAF Roctrip 2013, rassemblement festif d’escalade, qui s’était déroulé dans ces mêmes lieux quelques années plus tôt. Une première vidéo en appelant une seconde, c’est toute la collection des vidéos des Petzl RocTRip que nous dévorons finalement.

——————————-

L’Académie de l’Aventure © The Roof remercie chaleureusement ses partenaires :

petzl the roofEP_long_H100scarpa the roof

 

Mots clés : Académie Aventure, escalade grande voie, livre de bord, the roof,